4ème Congrès de l'AFS - Grenoble 2010

RT10 Sociologie de la connaissance


Responsable(s) : Francis Farrugia

Descriptif : En tant que productions historico-sociales, les connaissances et les savoirs, tout en étant portés par des individus et des groupes apparaissent au sociologue de la connaissance comme des construits collectifs à dimension certes théorique mais à présupposés et implications fortement empiriques et à signification collective. Le réseau thématique n° 10 traite des connaissances et savoirs sous toutes leurs formes et dans toutes leurs dimensions ; il est ouvert à la multiplicité des courants qui traversent l’univers de recherche de la sociologie de la connaissance, de l’épistémologie et de l‘histoire de la sociologie. Il est intéressé par l’approche socio-anthropologique, les postures critiques et généalogiques, son but étant de faire connaître, promouvoir et développer la sociologie de la connaissance dans toutes ses dimensions théoriques et pratiques. Il se propose de contribuer ainsi à l’élucidation des diverses formes de consciences, savoirs et représentations qui constituent la trame de la vie individuelle et collective. 
Le RT10 est également porté à l’analyse des savoirs empiriques, techniques et professionnels qui tissent la vie sociale dans la dimension des microcosmes et mésocosmes, impliquant le domaine des savoirs et savoirs faires pratiques les plus variés. Les connaissances possèdent donc une nature, une origine, une histoire, un pouvoir, des fonctions, des usages, des modes de production, de reproduction et de diffusion qui génèrent et requièrent descriptions, analyses et interprétations sociologiques et anthropologiques, puisqu’elles génèrent aussi des interprétations ordinaires qu’il convient précisément d’interpréter pour en saisir le jeu et en comprendre les enjeux. Ces savoirs sont bien entendu porteurs d’autant de normes implicites et explicites qui forment matière pour la sociologie de la connaissance. 
Toutes ces connaissances sont identifiables, descriptibles, analysables et interprétables et interprétées à des degrés divers, non seulement par les sociologues mais aussi par les acteurs qui les produisent, les reproduisent, les agissent et les transmettent avec plus ou moins de conscience. C’est pourquoi, en leurs divers paliers elles demandent à être connues, comparées, situées et estimées, voire critiquées.

Bureau : Aït Abdelmalek Ali (Rennes2), Delzescaux Sabine (Paris 9), Guth Suzie (Strasbourg), Kupiec Anne (Paris 10), Chrecker Cherry (Nancy 2), Farrugia Francis (Franche-Comté).


-------------------------------------------

 

Appel à communication du RT 10pour le congrès de l'AFS Grenoble 2011 

Les communications pourront aborder, sans exclusive d’écoles ou de courants (les divergences paradigmatiques sont même bienvenues dans un contexte de débat créatif sinon innovant) la question des connaissances et des savoirs savants ou ordinaires, des formes de conscience et de sensibilité, et ce, dans une ou plusieurs de leurs dimensions qui les structurent dans leur complexité, leurs rôles, leur multidimentionnalité et leur plurivocité, leur efficacité, leurs pouvoirs : corrélation aux divers cadres sociaux, politiques, éthiques, religieux, institutionnels, techniques, professionnels, qui en constituent les conditions empiriques de possibilité. L’approche socio-anthropologique est bienvenue en tant qu’elle mobilise « le total des sciences qui considèrent l’homme comme être vivant, conscient et sociable » (Mauss). 
Sur un versant moins empirique, les communications pourront aussi de manière plus théorique, philosophique et épistémologique, analyser les instruments du connaître dans leur aptitude à produire des "catégorisations" savantes ou ordinaires, à tout palier en profondeur et dans tout registre de l'existence. Les approches épistémologiques sont bienvenues, de même que les communications mettant en évidence les théories anthropologiques au sens large, élaborées par tel ou tel auteur. L’histoire de la pensée peut être explorée dans toutes ses dimensions, dans un esprit multidisciplinaire, dans la mesure où bien des philosophes, historiens, psychologues, psychanalystes, économistes, etc., ont largement contribué et contribuent encore à la production continue du savoir sur l’humain. L’analyse du rôle de la littérature et du cinéma, de l’art, et de la fiction en général dans la dynamique de construction des représentations individuelles et collectives sera aussi la bienvenue, compte tenu de ses retombées dans le domaine des constructions identitaires et de l’imaginaire collectif. 
Les communications pourront bien évidemment s’inscrire plus précisément dans la thématique générale du congrès : « création et innovation ». Ces deux catégories sont évidemment étroitement connectées avec la problématique des connaissances, des savoirs, des formes de conscience, et des diverses visions du monde, et ce, quelles que soient les communautés ou sociétés considérées, quels que soient les lieux et les temps. 
Pour finir, les postures critiques adoptées sur ces thèmes de l’innovation et de la création - qui sont actuellement en grande part mis en œuvre et valorisés par les entreprises (une courte investigation thématique sur le net est édifiante) - seront également bienvenues, par où s’ouvrira une perspective critique sur les techniques modernes d’instrumentalisation des savoirs et connaissances à des fins plus souvent intéressées que réellement humanistes. La question du statut de la sociologie dans ce contexte, méritera d’être examiné, en tant que son pouvoir d’innovation et de création, en tant que son savoir, est également susceptible de multiples détournements et de multiples opérationnalisations marchandes.

Les propositions de communication : (1500 signes) doivent être envoyées par mel à l’adresse suivante : francis.farrugia@wanadoo.fr

Francis FARRUGIA - francis.farrugia@wanadoo.fr, http://www.afs-socio.fr/rt10.html

Campus Universitaire de Grenoble Grenoble

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site